Archives de catégorie : Blog

Élucubrations

Aujourd’hui, je ne vous parlerai pas de mon prochain roman, nous en aurons l’occasion une autre fois, d’autant plus qu’il est loin d’être terminé.
Il y a un sujet d’actualité qui pourrit la vie de tous « le coronavirus » et je vais modestement tenter à travers les quelques lignes suivantes de vous aider à mieux accepter ces moments moroses.

Allez… C’est parti, supposition : je réalise une mini interview virtuelle (confinement oblige). J’imagine une personne au hasard et lui pose une question qui concerne tout le monde.
     — Comment viviez-vous le confinement ?
     — Qu’est-ce qu’on s’emmerde !
     — Mais encore, pouvez-vous préciser ?
     — Oui, bien sûr : on s’emmerde grave !

Bon… là, j’ai bien compris, c’est le ressenti d’une bonne partie de la population. Même si je partage un peu cet avis (virtuel), je vais toutefois relativiser en remontant un peu dans le temps.
Je tiens tout de suite à vous rassurer, je ne vais pas vous parler de la guerre que je n’ai pas connue, je suis né bien après. Par contre, je vais évoquer les années cinquante et soixante (vous ne pensiez tout de même pas vous en tirer comme ça ?)
Courage ! Je ne vais pas vous ennuyer en me lamentant sur la vie que nous avions à cette époque, mais remémorer quelques moments qui rappelleront des souvenirs à certains et je l’espère remonter un peu le moral de ceux qui en auraient besoin.

Dans les années cinquante, peu de gens avaient la télé (noir et blanc avec une seule chaîne). La plupart de nos anciens n’avaient qu’un poste de radio pour se distraire et s’informer (en plus du « canard » acheté chaque matin en allant au boulot).
Quelques émissions cultes me reviennent immédiatement à l’esprit :
« Ça va bouillir » avec le célèbre narrateur Zappy Max, « Les chansonniers » et quelques autres dont une particulièrement suivie : « La famille Duraton » avec ses multiples rebondissements.
Des aventures dans lesquelles chaque famille pouvait, ou aurait aimé pouvoir s’identifier après une journée « de boulot » où M ou Mme tout le monde rentrait à la maison « crevé » et n’avait absolument rien vu ni vécu, à part le quotidien du travail en attendant de remettre ça le lendemain et les autres jours, encore et encore.

Eh oui, la période faste de plein emploi se résumait à quelques lignes : le salarié se tapait ses 45 heures par semaines (avec les heures supplémentaires, payées bien sûr, mais imposées par l’entreprise) pour 4 semaines de congés payés annuels, généralement pris en une seule fois.  Ensuite, les gens retournaient au travail pour un an (pas de RTT) et ça durait une vie de labeur entière.

Pour en revenir à ce fameux feuilleton, il permettait de s’évader d’une vie banale, insipide pour ne pas dire autre chose.
Il y avait toujours des péripéties et de l’humour, jamais de passages ennuyeux. Il fallait impérativement que les réparties soient excellentes (à la radio, pas d’effets spéciaux pour compenser le manque d’intérêt d’un dialogue pauvre et ennuyeux)
Vous me direz : « il restait le dimanche pour voir la famille ou les amis. »
Eh bien non, pas forcément. Pour beaucoup, il avait fallu s’exiler dans les grandes villes pour trouver un emploi. Même à l’époque, l’expression « Il suffit de traverser la rue pour trouver du travail » n’était pas toujours avérée.

Voilà… j’ai fini. Alors pourquoi ce retour en arrière ?
Certainement pas par nostalgie, mais simplement pour vous dire que, même si la situation actuelle vous paraît longue (vous comprendrez si vous n’avez pas décroché sur la lecture de mes quelques lignes précédentes) que c’est très relatif. Profitez-en pour prendre le temps de la réflexion sur l’avenir et de « vous évader » et surtout gardez bien à l’esprit que cette épreuve n’est que temporaire, que la situation va s’améliorer au fil des semaines et que bientôt des jours meilleurs vont revenir.

Et enfin, prenez soin de vous en cette période difficile.

P.S : Si vraiment vous vous enquiquinez, vous pouvez toujours lire le large extrait gratuit de mon bouquin Une ferme tranquille  ça vous passera un moment et vous changera les idées.

Redémarrage du second roman

Après une longue période sans écrire, je viens de reprendre la rédaction de mon second livre là où je l’avais laissée.
Toujours dans le style « fantasy », on retrouvera bien sûr nos trois protagonistes, mais il ne s’agit pas de la suite du premier roman « Une ferme tranquille ». Le trio va vivre une nouvelle épopée. La plupart des scènes se dérouleront dans un département limitrophe de l’Aude où vivent nos héros.
Ah mince … Je ne l’avais pas dévoilé dans mon précédent roman ! Mais trop tard, je l’ai écrit !
Bon… Tant qu’on y est, vous voulez savoir où ils vont se rendre ? Allez… C’est dans l’Ariège qui cette fois sera le théâtre de nouvelles aventures pleines de péripéties.
Bien entendu, les facultés qu’on développées Nathan et Jade au cours du roman précédent leurs seront très utiles pour résoudre les mystères qui les attend.
La précieuse pour ne pas dire indispensable aide de Louis, alias le « Patriarche », ne sera pas non plus de trop.
Le Patriarche, qui, par sa réflexion et son sens très fin d’analyse des situations complexes, est passé maître, tant pour déterminer les pistes à explorer, que pour élaborer la stratégie à adopter, afin de tenter de piéger leur mystérieux ennemi, qu’il soit revenant, démon ou autre.

Je pense qu’une année (peut-être un peu plus) ne sera pas de trop pour écrire cette nouvelle histoire.
Lorsque ce livre sera finalisé, bien évidemment, je ne manquerai pas de le mentionner sur mon blog et si vous le souhaitez, vous pourrez vous procurer alors, tout comme pour mon précédent roman « Une ferme tranquille » un extrait gratuit d’une cinquantaine de pages. Mais comme je l’ai indiqué plus haut : ce n’est pas pour tout de suite.

Contact avec une agence artistique

Une agence artistique m’a récemment contacté (depuis un mois) par l’intermédiaire de la plateforme d’autoédition qui imprime mes romans pour une éventuelle adaptation à la télévision ou au cinéma.
Habituellement une grosse maison d’édition vous donne une réponse négative dans un délai d’un mois et demi à deux mois environ. Je pense que le même laps de temps sera nécessaire pour l’agence.
Je ne sais pas ce qui a motivé cette démarche, mais à leur demande, j’ai expédié un exemplaire du roman « Une ferme tranquille » à ma correspondante. Maintenant la balle est dans le camp de l’agence.
Quand j’aurai du nouveau (positif ou négatif)  j’écrirais un article dans le blog.

Bilan des ventes

Je viens de prendre connaissance du nombre de mes ventes pour le mois dernier, j’ai doublé le nombre avec 25 exemplaires vendus. Est-ce que « l’opération facteur » (voir la chronologie des différents articles sur ce blog) y est pour quelque chose ? Certainement en partie. Pour le reste, je n’en sais rien. Du coup, j’ai quelque peu modifié la fin de mon article pour y inclure les chiffres. avis et et expériences/Promotion de son livre

Opération facteur (dernier épisode)

Voila…  J’avais dit que je ferai un petit bilan suite à ma distribution de quinze extraits gratuits de mon roman « Une ferme tranquille ». Et bien, une dizaine de jours se sont écoulés depuis et deux livres ont étés commandés. Le premier dès le lendemain et la personne m’a adressé un message très sympathique par l’intermédiaire de lulu.com. Quant à la deuxième vente, je ne sais pas si ma distribution y est pour quelque chose, mais je suppose que oui. Est-ce qu’il va y en avoir d’autres ? Aucune idée.
Je pense donc renouveler cette opération au moins une fois (en fonction du nouveau résultat).